À propos

Que faisons-nous?

La photographie de bébés décédés

Vous êtes devenu(e) parent et vous en êtes fier. Apprendre à vivre avec la perte de votre bébé demande beaucoup de temps. C'est une période de montagnes russes émotionnelles. L'effondrement, les larmes, le sourire, vouloir faire des choses pour et avec votre enfant et se faire des souvenirs. C'est avec cela que nous voulons vous aider.

Notre fonctionnement

Demandez une séance photo via le formulaire "appel urgent" sur notre site. Toutes les données sont strictement à usage interne et ne seront en aucun cas partagées avec des personnes externes à l'association. Vous recevrez une réponse dans le quart d'heure qui suit.

Un de nos photographes passera dans les 24 heures après l'accouchement. Il se peut que deux photographes soient présents, un photographe expérimenté et un en formation. Nous réalisons notre travail en y mettant tout notre coeur et avec beaucoup de respect pour vous et votre bébé.

Pour garantir la vie privée, un "formulaire de consentement" sera rempli à la fin de la séance photo. Premièrement vous pouvez y indiquer si vous souhaitez que le prénom de votre enfant apparaisse dans notre ciel étoilé ("pour les parents").

Deuxièmement si nous pouvons partager vos photos en interne (pour former nos photographes) et finalement si nous pouvons vous contactez ultérieurement si nous avons besoin d'une photo pour un article, une présentation ou autres. Même si nous partageons rarement des photos, nous demanderons une fois de plus votre consentement le moment venu.

Vous recevrez toutes les photos en format digital et en haute résolution sans (grandes) retouches et une sélection de photos avec retouches. 

Nous espérons que grâce aux photos vous puissiez donner une place à votre enfant, qu'elles aideront à faire le deuil et qu'elles soient un beau souvenir.




Le début

2 avril 2012

“Nous sommes désolés, elle ne survivra pas”. Ce n’est pas possible, mon enfant, ma fille, décédée. Je la prends près de moi et tout à coup le sentiment d’être maman grandit encore plus en moi. Maman de Nina, maman de ma fille étoile. Autant d’amour, mais aussi autant de tristesse. Nous essayons de profiter du temps qu’il nous reste avec elle. Nous n’arrivons pas à le croire. Un premier baiser. Ma fille est tellement jolie, trop jolie, une image que je ne veux et que je ne peux pas oublier. Je décide de prendre mon appareil photo car je me rends compte que je dois immortaliser ces instants. J’appelle aussi un ami photographe lui demandant de nous aider. Des centaines de photos seront prises d’elle avec son papa, son grand-père, son frère, mais aussi des photos de familles. Des photos que je peux montrer aux autres, qui lui donnent un visage, une image pour le monde extérieur. Même si une centaine de photos semble trop peu, je les ai. Quand je veux je peux les prendre en main et les regarder car chaque fois je vois autre chose. Je peux montrer ma fille à tout le monde sans que cela choque et j’en suis fière. Je suis un parange (parent vivant le deuil périnatal) très fière et qui veut donner cette opportunité aux autres paranges. Des photos que je chéris…pour toujours. Ma magnifique Nina, visible pour tout le monde...  

Sharon - maman de Nina* - photographe et fondatrice de Boven De Wolken

28 avril 2015

“Nous sommes désolés, il n’y a plus de pouls.” En tant que sage-femme je sais que, même si les parents ne le veulent pas, nous devons prendre des photos d’un bébé décédé. Un jour viendra où ils demanderont après ces photos. Parfois après un an, parfois après dix ans. Cela dit, malheureusement, la plupart du temps les sages-femmes ne sont pas photographes. De ce fait, les images sont souvent très choquantes. Un jour, fin avril, j’ai rencontré Anne-Sophie et Roel, leur fille Marilou, n’avait plus de pouls. J’ai proposé de prendre en photo les moments avec Marilou. Sa naissance, son premier bain, ses soins, ses empreintes des pieds et mains, chaque moment, chaque détail était pris en photo. J’ai vécu trois jours intenses avec cette famille, j’étais témoin de leur bonheur, tristesse, fierté, doutes, leur nouvelle réalité. Une centaine de photos de ces quelques jours avec Marilou ont été faites. Ils me racontent encore souvent à quel point ces photos les aident dans leur deuil, la différence que cela fait. Un magnifique souvenir de leur fille. A partir de ce moment-là, je savais que je devais faire des séances photos comme telle chaque fois que cette situation se représenterait dans notre service. Ainsi, je savais que les parents étant dans un deuil périnatal auraient des magnifiques souvenirs de leur enfant. Des photos qu’ils chérissent…pour toujours. Leur Marilou, visible pour tout le monde… 

Anneleen -  sage-femme à Ostende - photographe et fondatrice de Boven De Wolken

C’est par hasard qu’Anneleen et Sharon se croisent sur les réseaux sociaux en lisant l’histoire l’une de l’autre. Et, si un jour l’une des deux n'était pas disponible pour faire des photos ? Elles se sont rencontrées et ont découvert très vite qu’elles avaient un but commun. Ce but a créé un lien très fort entre elles. Leur souhait était que chaque parange en Belgique reçoive la possibilité d’avoir des photos de son enfant décédé. Ceci avec beaucoup de respect, amour, expérience et totalement gratuit.

Ainsi Boven De Wolken est née, le 14 avril 2016, créé par deux femmes avec une expérience différente mais tout aussi importante.  

Boven De Wolken compte 100 bénévoles photographes et 30 bénévoles administratives. Chaque année nous recevons environ 600 appels. Grâce au soutien de la coopération Delafonds, nous avons pu agrandir notre association en avril 2018. Delafonds soutient des projets qui tentent de rendre les moments difficiles autour des adieux plus supportable. Dela pense que notre ASBL est une belle initiative, qui correspond parfaitement à l'adn de DELA et du Delafonds. C'est pourquoi ils ont décidé de soutenir financièrement Boven De Wolken. Grâce à ce soutien nous avons très vite pu démarrer Bruxelles et Wallonie sous le nom d'Au-delà Des Nuages et nous avons pu engager Aurélie. À partir de maintenant des "paranges" francophones pourront aussi faire appel à nous. Le Delafonds a ainsi le même objectif que nous: donner à chaque parent, l'occasion d'avoir une séance photo gratuite de leur enfant décédé.
 
L’association survit grâce aux dons. La séance photo est toujours gratuite. Chaque photographe reçoit une indemnité kilométrique et est assuré. Ils sont tous bénévoles et rémunérés uniquement avec la satisfaction et la gratitude des parents.

Vous voulez, vous aussi nous rejoindre comme bénévole ? Au-delà Des Nuages recherche toujours des photographes ou d’autres bénévoles pour faire des tâches administratives.
 

Boven de wolken team
Boven de wolken
0475/41 11 36
info@audeladesnuages.be
Nokerseweg 142
8790 Waregem
Avec le soutien de