Emma*, pour toujours dans nos pensées

Le soir du dimanche 22 août, je ressens une douleur au dos, comme si j’allais avoir mes règles. J’essaie de me rassurer, pensant que ça fait partie de la grossesse. Je ne me fais pas plus de soucis que ça et je m’endors.

Il est encore très tôt le lendemain matin, quand je me réveille en sursautant. Non ! Qu’est-ce que c’est ? Mon pantalon est mouillé. « Réveille-toi, ce n’est pas bon signe ! » Mon mari remarque tout de suite ce qui se passe et appelle les urgences. « Dirigez-vous au plus vite vers les urgences, c’est surement du liquide amniotique » entends-je dire la personne à l’autre bout du fil. Nous nous habillons très vite et nous nous dirigeons vers les urgences.

1 cm de dilatation mais seulement 22 semaines de grossesse

On me fait plein de tests. « Vous allez devoir rester, votre col de l’utérus est raccourci et vous avez 1 cm de dilatation. » Ce n’est pas possible, je ne suis qu’à 22 semaines de grossesse de ces deux petits bouts. Ils ne peuvent pas encore venir au monde. Nous devons attendre de voir ce que la nature prévoie pour nous.

La nuit entre le 26 et 27 août était un cauchemar. Beaucoup de douleur au dos, je me dis toujours que ça fait partie de la grossesse et j’essaie de me rendormir, sans succès… Vers 6h30, je décide de me lever. En allant aux toilettes, je remarque une perte de sang. J’appelle l’infirmière et vois dans ses yeux que quelque chose ne va pas. « Je pense qu’on devrait appeler le médecin » elle me dit. Ce n’est pas bon signe. Je décide d’appeler mon mari.

Vers 10h45, le médecin fait un examen interne. « Vous êtes à 5 cm, vous allez accoucher aujourd’hui de vos jumeaux » Non ! Je ne suis même pas à 24 semaines de grossesse, les bébés ne vont jamais survivre. Les larmes coulent de mes joues. La seule chose que nous pouvons faire, c’est espérer.

Je vois des petits pieds…

Vers midi, nous nous retrouvons dans la salle d’accouchement. Pour l’instant, tout se passe bien. Je continue à espérer que tout va s’arrêter. Chaque jour est un jour gagné. Je perds les eaux vers 19h30, 10 minutes après Liam est né. Les médecins l’amènent tout de suite pour lui donner tous les soins nécessaires. Une demie heure plus tard, la poche des eaux de la sœur de Liam est rompue. Mais le bébé ne vient pas… Le médecin fait une écho et voit qu’elle s’est retournée. Ils essaient de la retourner. Vers 21h45, juste au moment qu’on allait tout préparer pour me faire une péridurale, des petits pieds se montrent. Emma* est née à 21h53 sans vie.

Beaucoup de soutien
 
Le 30 août, nous avons eu la visite de Wendy et Nathalie d’Au-delà Des Nuages. Elles ont pris de magnifiques photos de notre fille et nous ont donné un grand soutien également. Elles ont tout fait pour nos donner le plus de photos possible en souvenir de notre Emma*. Malgré notre tristesse, nous avons profité de ce beau moment. Je n’avais jamais entendu parler de l’association, je suis tombée dessus par hasard via une page Facebook. Maintenant, je jette régulièrement un coup d’œil sur le site d’Au-delà Des Nuages.

Mon mari et moi regardons les photos d’Emma* tous les jours. C’était très important pour nous que des photos soient prises. Ainsi, elle restera toujours dans nos pensées.


Son petit frère Liam va bien. Il est resté encore 4 mois au service néonatalogie. Il a eu plusieurs infections et devait rester longtemps sous respiration. Liam s’est bien battu tout ce temps. Il est à la
maison maintenant avec un beau poids de 4kg330 et 57,5 cm.





Boven de wolken
0475/41 11 36
info@audeladesnuages.be
Nokerseweg 142
8790 Waregem
Avec le soutien de